Grand Prix: China Screen d’Or:

Le maire chinois de ZHOU Hao

Dans ce documentaire, nous accompagnons le maire de Datong, Geng Yanbo, lorsqu’il ose exécuter son programme de changement radical de la ville.  A travers le prisme des habitants et celui de la machine politique, le film constitue un regard inédit et convaincant sur le passage complexe de la Chine du passé au future.

Rendu plus puissant par l’absence de polémique, ce film démontre clairement le conflit entre les perceptions des autorités et celles des habitants de la ville qui semblent défavorisés par les plans de la mairie. L’originalité du film réside dans l’exceptionnelle coopération offerte au cinéaste par le maire. Cet « accès inhabituel » favorise l’émergence d’un  film à plusieurs niveaux, qui révèle pour la première fois les réalités politiques chinoises.

 

China Screen Prix d’Argent:

Rendre la lumière de Carol LIU

Une histoire, habilement racontée, de deux familles souffrant de graves problèmes médicaux, et d’un chirurgien consacré à aider ceux qui en ont le plus besoin. Un film qui éclaire les réalités de la population rurale, soit 60% des chinois, qui  souffrent de la pauvreté et de la misère qui règne dans les campagnes les plus éloignées.

Filmé et monté avec autant de sensibilité que d’habilité, <Rendre la lumière> oppose espoir et découragement, passion et réalité, réussite et échec. Ici, il n’y a pas de fin hollywoodienne; Ici, il y a la vraie vie. Un document puissant, ou  le courage quotidien et la détermination sont les héros, et qui réalise un superbe équilibre entre la révélation des faits et leur puissant impact émotionnel.

 

China Screen Prix spécial du Jury:

Passion Magnolia de MA Zhidan

Cette étude de la passion d’un homme pour protéger une des rares espèces menacées, la fleur de magnolia est aussi un appel à maintenir la diversité de la nature, incarnant l’idée de «l’Homme en harmonie avec la nature ». Le film révèle la passion quasi obsessionnelle du protagoniste principal, ZHU Kaifu, alors qu’il dépense toute sa fortune pour réaliser son rêve de la création envers et contre tout d’un jardin botanique entièrement consacré à sa fleur adorée, une sorte de paradis de Magnolia..

La forte personnalité de Zhu domine le documentaire du premier au dernier plan, et donne un rythme implacable au film. Il représente ainsi un écho à la ferveur croissante du personnage qui refuse d’être contrarié par des revers et des problèmes. Un hymne à l’engagement pour la nature – et à la fleur de magnolia dans toutes ses variétés.

 

Prix de la Fondation Ségalen:

Blank Lands de Blank Lands Collective

Rarement avons-nous trouvé un film qui intègre aussi habilement la découverte de contrées et de ses peuples peu connus, avec le travail inspiré d’un homme qui les a révélé. Ce film suit les explorations du photographe ethnographique Zhuang Xueben qui se rendit aux confins occidentaux de la Chine dans les années 1930. Le Collectif de réalisateurs utilise des passages de son Carnet de Voyage et des entretiens avec d’analystes érudits, y compris son fils. Ceux-ci sont habilement entrelacés avec une récréation filmée de son voyage et produisent un documentaire tout à fait exceptionnel. Le rôle joué par la Révolution culturelle dans la disparition de l’œuvre de Xueben est juste l’une des révélations fascinantes qui font de ce film une proposition esthétique incontournable pour les spectateurs intéressés à la découvertes des quatre coins du monde.

Blank Lands et Prix de la Fondation Ségalen

Ce prix est soutenu par la Fondation Victor Segalen, car au début du XXe siècle Victor Ségalen a lui aussi entrepris un voyage de découverte de plusieurs années vers des contrées lointaines, dont la Chine. A certain égards, il est parallèle à l’œuvre du photographe français Eric Lafforgue et même aussi à celui du banquier et philanthrope Albert Kahn, qui en 1909 a lancé le projet ambitieux de créer une mémoire photographique en couleurs des peuples du monde.

 

Nick Torrens, Président du Jury